une fille Rebelle

Un blog éthique aux animaux

protection des animaux d'abattoir

La protection des animaux comme un crime

Protéger les animaux devrait devenir un réflexe, surtout quand on voit un animal maltraité. Malheureusement ce n’est pas toujours facile d’être actif, les autres militants en sont tout à fait conscients. On se moque de nous, on nous prend pour des débiles, pour des gens bêtes et trop sensibles. Et ce n’est pas tout ! En Bulgarie, mais dans les autres pays aussi, plusieurs militants pour la cause animale se font agresser par les autorités ou par les civils.

Aider les animaux en souffrance est un crime?

Voici l’histoire, courte mais très parlante , du risque d’être militant. La canadienne Anita Krajnc a essayé d’aider des porcs sur leur chemin vers l’abattoir. Elle n’a fait que leur donner à boire parce qu’ils semblaient avoir soif. Pour cet acte  » inadmissible  » elle a fait face à 10 ans de prison, accusée de méfait criminel par le propriétaire des porcs. De plus, Anita a été agressée par le conducteur du camion qui a mal réagi au fait que l’activiste s’intéresse à l’état des animaux.  » Ce sont pas des humains « , a commenté le chauffeur.

protection des animaux d'abattoir

Agir pour la cause animale derrières les barreaux?

Anita est co-fondatrice de l’organisation Toronto Économies de porc qui montre du respect pour les animaux destinés aux abattoirs. Comme indiqué sur leur page, la mission principale de cette organisation est d’encourager les gens à témoigner et à devenir vegan. Donner d’eau aux animaux sur le chemin de la mort est une pratique qui existe depuis des années. C’est la compassion pure, il n’y a pas de dangereuse intention derrière. Suite aux pétitions signées par nombreuses personnes, la peine d’Anita a été revue.

Cette histoire me fait réfléchir sur la question suivante :

Vivons-nous dans une société où la simple envie d’aider et de montrer de la compassion envers les animaux est rejetée?

La tolérance : une règle de base du savoir-vivre

L’idée de faire un blog éthique aux animaux est justement venue pour répondre à cette question. Je souhaite avoir une tribune pour m’exprimer, pour faire appel aux autres activistes et les solliciter à s’exprimer, pour provoquer des débats constructifs et enfin, évidemment, pour promouvoir les valeurs de la tolérance, du civisme et de l’éthique. Je suis convaincue que pour ce faire, on est obligé de se rebeller tout en restant modérés dans nos actions. Choisir des « armes » humains comme la parole est le meilleur moyen de donner exemple.

La cause animale face aux obstacles

Cela fait plus de cinq ans que je participe aux campagnes de protection des animaux. J’ai donc été confrontée à la méchanceté humaine plusieurs fois. Je rencontre et j’échange avec les  » réalistes « , comme ces gens souhaitent souvent se présenter, quotidiennement. Dans le combat pour la protection des animaux, je vois deux types de danger :

Le premier souci vient effectivement du fait que les  » réalistes  » sont fermés aux points de vu externe. Voici quelques phrases pour reconnaître ce type de gens :

 » Tu ne peux pas sauver toutes les bêtes de la planète  »

 » Il y a tellement de malheur humaine, qu’il est inutile de commencer par les animaux  »

 » Dans la hiérarchie des espèces vivants, les animaux se trouvent plus bas que les hommes parce qu’ils n’ont pas de cerveaux « 

J’entends ce genre de réflexions tous les jours et partout. Le problème est que ces derniers constats n’apporte rien à la société. Certes, nous ne pouvons pas sauver tout le monde, mais l’objectif n’est pas ça. Le but du jeux pour moi est d’essayer. Si mère Thérèse était pragmatique que ces gens, elle n’aurait été béatifiée par pape Jean-Paul II. Evidemment, c’est une espèce très rare mais je préfère suivre son exemple, que celui d’Hitler. Et vous?

devenir vegan porter vegan

Il y a beaucoup de pauvretés et de malheur sur la terre, c’est vrai. Il ne faut en aucun cas ignorer ce fait. Mais pourquoi je devrais choisir entre les animaux et gens ? Pourquoi il faut prioriser ? Il y a suffisamment de fonds financiers pour les deux. Ils sont juste mal répartis aujourd’hui. Personnellement, je fais des dons aussi bien pour des causes humaines qu’animales. Bien que mon aide soit pas très important, je le fais et je divise la somme en deux.

Quant à la structure hiérarchique des êtres vivants … Nous ne pouvons jamais être tous égaux, mais nous pouvons être tolérants et respectueux dans la vie quotidienne afin de cohabiter en paix. Je suppose que ce modèle de vie semble encore très idéaliste aux réalistes mais encore une fois, on peut au moins l’essayer. C’est déjà un bon début.

Les vrais et faux végétariens

Le deuxième problème vient des militants radicaux, ceux qui sont prêts à se retourner contre les compatriotes.

 » Tu es une fausse végétarienne parce que tu as mangé de poisson « 

Comment peut-on proclamer la tolérance si on est pas tolérant ?

Moi personnellement j’estime que touts les efforts dans ce sens doivent être récompensés : quelqu’un qui n’achète plus d’œufs de batterie , quelqu’un qui ne porte plus de cuir ou qui a décidé de ne plus acheter des produits cosmétiques testés sur les animaux, bravo ! Même si vous n’êtes pas végétariens, vous contribuez ! Il y a certaines conditions physiques qui nécessite la consommation quotidienne des protéines animales même si ces derniers peuvent être remplacés par leurs équivalents végétaux. De plus, on décide de devenir végétarien / vegan pour des raisons divers. Soyons respectueux dans tous les cas !

Martina • 17 mars 2016


Previous Post

Next Post

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *